Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2017-04-20T19:47:35+02:00

The Young Lady

Publié par Florine Teyssier

Angleterre, 1865. Katherine est vendue et mariée de force à Lord qui a deux fois son âge. Malheureuse et confinée dans sa maison, elle s'ennuie en attendant le retour de son mari, souvent absent. Peu à peu, elle va tomber sous le charme d'un jeune palefrenier et va enfreindre toutes les lois pour vivre pleinement son amour fou.

The Young Lady

Lady Macbeth, bizarrement traduit en The Young Lady, est adapté du roman éponyme de Nikolai Leskov. Si ce n'est pas la Lady Macbeth de Shakespeare, ce personnage en est profondément inspiré, mais on peut également trouver en elle des bribes d'Emma Bovary ou de Lady Chatterley. La jeune Katherine, mariée de force à un homme brutal et perpétuellement absent, se meurt dans une existence morne et austère. Emprisonnée dans sa maison et condamnée à attendre son mari, elle découvre l'amour dans les bras d'un jeune palefrenier. Leur passion étant mise à jour par les domestiques, puis par son mari, Katherine fera tout pour pouvoir la vivre envers et contre tous, jusqu'à commettre l'irréparable... Un, deux, puis trois meurtres, dont le dernier particulièrement atroce, rien ni personne de l'arrête. Le réalisateur dévoile avec une certaine élégance et beaucoup de délicatesse la condition féminine durant le XIXe siècle : corsetées, bridées et étouffées dans l'œuf. Quant à la jeune Florence Pugh, époustouflante en femme-enfant, puis en femme de tête, elle insuffle à son personnage une force et une grâce juvénile. Sans cautionner ses actes barbares, on éprouve malgré tout une certaine empathie pour elle. Un film lent, abrupt et beau comme une toile de maître.

The Young Lady de William Oldroy
Avec Florence Pugh, Cosmo Jarvis et Christopher Fairbank
Note : 3,5/5

Voir les commentaires

2017-04-17T15:08:37+02:00

Big Little Lies

Publié par Florine Teyssier

Monterey, Californie. Trois mères de famille, un brin désespérées, se lient d'amitié par l'intermédiaire de leurs enfants. Leurs vies rêvées camouflent secrets, rancœurs et blessures profondes. Tout vole en éclats lorsqu'un meurtre est commis au sein de cette petite ville tranquille où les apparences se révèlent bien trompeuses. Qui a été assassiné ? Par qui ? Pourquoi ?

Big Little Lies

Jean-Marc Vallée (C.R.A.Z.Y., Dallas Buyers Club) + David E. Kelley (Ally McBeal) + HBO + casting 4 étoiles = combo gagnant. Des actrices au sommet, une réalisation léchée, une BO envoûtante et une pointe de mystère font de Big Little Lies une série classieuse et intrigante. Que se cache-t-il sous le vernis de ces femmes bien sous tout rapport ? Prisonnières des cages dorées de leur existence où naissent des conflits aux proportions démesurées, elles vont parfois se mener une lutte sans merci. Que ce soit la magnifique Céleste, l'énigmatique Jane ou encore la charismatique Madeline, elles portent toutes un lourd secret et souffrent de traumatismes enfouis. La série offre également une intéressante réflexion sur la quarantaine, à l'heure où les enfants commencent à s'émanciper et le couple à s'étioler. Quant au meurtre qui plane tout au long de la série, qui n'apparaît de prime abord que comme un détail de l'histoire, la vérité n'éclatera qu'au dernier épisode, à l'épilogue bouleversant qui va unir cinq femmes de manière incroyable et totalement inattendue. Une saison 2 serait en cours de négociation...

Big Little Lies de David E. Kelley
Avec Reese Whiterspoon, Shailene Woodley, Nicole Kidman, Laura Dern, Zoë Kravitz et Alexander Skarsgard
Note : 4/5

Voir les commentaires

2017-04-15T12:16:30+02:00

The OA - Saison 1

Publié par Florine Teyssier

Prairie Johnson, une jeune aveugle, après avoir disparu pendant sept ans, réapparaît en recouvrant miraculeusement la vue. Que lui est-il arrivé pendant sa captivité ? Pourquoi revient-elle ? Comment a-t-elle retrouvé l'usage de ses yeux ? Pourquoi se fait-elle appeler the OA ? Autant de mystères que ses proches vont tenter de résoudre.

The OA - Saison 1

The OA semblait être une série très prometteuse et emplie de mystères indicibles. Au fil des épisodes, l'héroïne conte les circonstances de son enlèvement et les conditions étranges de sa captivité, sous l'emprise d'un énigmatique scientifique. Malheureusement, le spectateur va se sentir légèrement floué après avoir vu cette première saison, qui ne résout pas grand-chose. On reste sur sa faim, sans nécessairement avoir envie de poursuivre l'aventure avec les personnages. On retiendra malgré tout une distribution impeccable, Brit Marling (également co-créatrice de la série) tout en fragilité et avec une certaine évanescence, et Jason Isaacs parfait en inquiétant savant fou.

The OA de Zal Batmanglij et Brit Marling
Avec Brit Marling, Jason Isaacs, Patrick Gibson et Emory Cohen
Note : 3/5

Voir les commentaires

2017-04-06T18:07:13+02:00

Corporate

Publié par Florine Teyssier

Émilie Tesson-Hansen est une jeune et brillante responsable des ressources humaines. Totalement dévouée à son entreprise, tout bascule le jour où l'un de ses salariés se suicide. L'inspection du travail mène l'enquête et sa direction va progressivement se retourner contre elle. L'étau se resserre et elle va tout mettre en œuvre pour sauver sa peau. Restera-t-elle corporate jusqu'au bout ?

Corporate

Dès les premières images façon documentaire amateur filmé à l'épaule, le ton est donné. Le réalisateur va tenter de coller le plus possible à la réalité. Comme annoncé, les personnages sont fictifs mais les méthodes de management sont réelles. Nicolas Silhol, pour son premier long métrage, dépeint l'univers déshumanisé du monde de l'entreprise. Les employés sont des pions que l'on prend plaisir à déplacer, sans se soucier des conséquences dramatiques que cela peut parfois impliquer. Jusqu'au drame inévitable, le suicide d'un salarié. Comment gérer la crise, se déresponsabiliser d'une mort violente, rassurer les autres salariés ? Le réalisateur nous livre son analyse avec une certaine froideur et un réalisme bluffant. Au milieu de tout cela, le personnage brillamment interprété par Céline Salette, fusible facile pour ses supérieurs, "killeuse" qui se fissure progressivement, reste fière et forte bien que victime des directives imposées par sa direction. Glaçant, efficace, Corporate est à découvrir absolument.

Corporate de Nicolas Silhol
Avec Céline Salette, Lambert Wilson et Stéphane De Groodt
Note : 4/5

Voir les commentaires

2017-04-05T19:42:50+02:00

Orpheline

Publié par Florine Teyssier

Une femme, à quatre âges de sa vie. Petite fille innocente prise dans une tragique partie de cache-cache. Adolescente rebelle qui cherche à tout prix à échapper à son foyer. Jeune femme aspirée malgré elle dans un larcin. Femme accomplie qui se fait rattraper par son trouble passé.

Orpheline

Quatre actrices pour un seul rôle. Arnaud des Pallières possédait une belle matière pour faire un très beau film. Au lieu de cela, il nous perd dans un labyrinthe alambiqué en construisant son film à l'envers. Orpheline démarre par le parcours et l'arrestation du personnage d'Adèle Haenel, puis remonte le fil de l'histoire. Le procédé, qui se veut original mais qui est loin de l'être, aurait dû être utilisé à meilleur escient. Rien n'est résolu dans ce film, on ne sait pas vraiment pourquoi Adèle Haenel est arrêtée, on ne comprend pas pourquoi le personnage de Duvauchelle passe du statut de père aimant et attentionné à un père brutal et violent avec sa fille. Autant d'incohérences et de pseudo-mystère qui nous perdent en route. Trop préoccupé à filmer en gros plan les seins de ses jeunes et jolies actrices, le réalisateur en a oublié l'essentiel. En revanche, les quatre actrices sont formidables et Solène Rigot est la véritable révélation de ce film.

Orpheline d'Arnaud des Pallières
Avec Adèle Haenel, Adèle Exarchopoulos, Solène Rigot, Vega Cuzytek, Nicolas Duvauchelle et Jalil Lespert
Note : 2/5

Voir les commentaires

2017-04-05T19:14:23+02:00

La Belle et la Bête

Publié par Florine Teyssier

Fin XVIIIe siècle, dans un petit village français, Belle, jeune fille rêveuse et éprise de littérature, vit avec son père inventeur. Une nuit, celui-ci se perd dans la forêt et trouve refuge dans un étrange château. Détenu prisonnier par la Bête, un prince victime d'un enchantement, il est libéré par sa fille qui décide de prendre sa place. Entre la Belle et la Bête, l'histoire éternelle commence.

La Belle et la Bête

Fidèle adaptation du dessin animé de Disney, La Belle et la Bête émeut par sa magie intemporelle. Bill Condon le transforme en comédie musicale des temps modernes et ravive nos souvenirs d'enfance. Un plaisir coupable qui réveille la midinette qui sommeille en nous. Les effets spéciaux sont savamment dosés, même si on peut tout de même reprocher un certain manque d'humanité des objets (Big Ben, le Chandelier sont mieux réussis et plus vivants dans le Disney).Trois nouvelles chansons, un casting épatant et des scènes musicales au diapason (notamment la scène de danse entre la Belle, avec son incroyable robe jaune, et la Bête, et tout particulièrement la scène "C'est la fête" qui nous semblait presque irréalisable). On ressort du film le sourire béat et avec des étoiles plein les yeux, pari réussi.

La Belle et la Bête de Bill Condon
Avec Emma Watson, Dan Stevens, Luke Evans, Josh Gad, Kevin Kline, Ewan McGregor, Ian McKellen, Emma Thompson, Stanley Tucci et Audra McDonald
Note : 4/5

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog