Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2017-03-25T21:14:02+01:00

Sage femme

Publié par Florine Teyssier

Claire, sage-femme, mène une vie bien rangée au service des autres. Quand Béatrice, ancienne amante de son père, refait surface, son univers calibré vole en éclats. Cette femme fantasque et aux antipodes d'elle fait irruption dans sa vie et va en chambouler tous les code préétablis. Entre les deux femmes, une étrange relation s'instaure, entre amour, fascination et répulsion.

Sage femme

Catherine Frot/Catherine Deneuve. Deux Catherine pour le prix d'une, et quelles Catherine ! Martin Provost tisse entre elles une relation ambiguë, d'abord de rejet, surtout pour le personnage de Frot, qui voit d'un mauvais œil le retour de celle qui a causé le suicide de son père bien-aimé. Mais Deneuve est malade et Frot a le sens du devoir, et n'a pas le cœur de l'abandonner. À son contact, elle va se réveiller, se révéler aux autres, elle si discrète et si peu attentive à ses propres émotions. Peu à peu, les deux femmes vont établir une relation quasi filiale, forte et intense, et terriblement émouvante. Alors oui, le scénario est mince, mais qu'importe, les actrices portent le film à bout de bras. Deneuve, magistrale comme d'habitude, et Frot toujours juste et touchante, un duo d'équilibriste qui fonctionne parfaitement. Entre elles, Olivier Gourmet apporte une touche masculine et romantique qu'on ne lui connaissait pas encore.

Sage femme de Martin Provost
Avec Catherine Deneuve, Catherine Frot et Olivier Gourmet
Note : 3,5/5

Voir les commentaires

2017-03-24T18:13:01+01:00

The lost city of Z

Publié par Florine Teyssier

Début du XXe siècle. Percy Fawcett, jeune colonel britannique, est mandaté par la Société géographique royale d'Angleterre afin de cartographier les frontières entre le Brésil et la Bolivie. Il abandonne sa jeune épouse enceinte pour se lancer dans l'aventure. Sur place, il découvre des traces de ce qu'il pense être une civilisation perdue. Naît alors en lui une passion fulgurante pour l'exploration, peut-être au détriment de sa famille.

The lost city of Z

James Gray qui s'attaque à l'histoire vraie de l'explorateur Percival Harrison Fawcett, avouons que cela a éveillé notre curiosité. Aux prémices de l'exploration de terres inconnues, Percy Fawcett devra se battre pour faire reconnaître ses idées à une population suprémaciste. Il est persuadé qu'une civilisation tout aussi évoluée que les civilisations occidentales les a précédés en Amérique latine. Tiraillé entre sa passion et sa famille, il devra faire des choix douloureux pour aller au bout de ses convictions.

Même si le film est lent, parfois trop lent, et même s'il comporte quelques défauts, James Gray prouve une fois encore qu'il fait partie d'un des réalisateurs les plus brillants de sa génération. Il puise son inspiration chez ses contemporains, on retrouve du Mallick, du Boorman, du Cimino, et fait de The lost city of Z un voyage initiatique. Sa manière de filmer la jungle hostile est empreinte d'un souffle presque lyrique. Il faut néanmoins attendre la deuxième partie du film pour voir la tension dramatique à son apogée et naître une émouvante relation père-fils. Le mystère de cette cité perdue restera entier jusqu'au bout.

The lost city of Z de James Gray
Avec Charlie Hunnam, Robert Pattinson, Tom Holland et Sienna Miller
Note : 3,5/5

Voir les commentaires

2017-03-19T20:57:27+01:00

Grave

Publié par Florine Teyssier

Justine, 16 ans, est végétarienne, tout comme les autres membres de sa famille. Élève surdouée, elle intègre une école vétérinaire, dans laquelle sa sœur aînée étudie déjà. Au cours d'un bizutage éprouvant, elle est contrainte de manger de la viande crue. Cette expérience traumatisante va réveiller en elle ses instincts primaires.

 

Grave

Pour son premier long métrage, Julia Ducournau frappe fort, très fort même. Elle aurait pu se contenter de faire un banal film d'horreur chargé d'hémoglobine, l'héroïne se révélant être une cannibale, mais elle nous livre bien plus que cela. Certes, quelques scènes bien gore et sanguinolentes parsèment son film, mais la jeune réalisatrice nous offre une réflexion profonde sur les tourments de l'adolescence, la découverte du corps et des plaisirs de la chair. La transformation de Justine s'effectue progressivement, d'abord avide de viande, puis de chair humaine. Parallèlement, on suit son bizutage de première année, d'une certaine violence, fait d'humiliations en tout genre. Et sa grande sœur ne la défend pas beaucoup. Les deux jeunes femmes entretiennent des relations troubles, teintées de rivalité. Comment survivre dans ce monde hostile ? Comment accepter sa différence et comment se fondre dans la masse ?Bouffer ou se faire bouffer ? Telle est la question que va nécessairement se poser pour Justine...

Grave de Julia Ducournau
Avec Garence Marillier, Ella Rumpf, Rabat Naït Oufella et Laurent Lucas
Note : 4/5

Voir les commentaires

2017-03-15T19:04:22+01:00

La confession

Publié par Florine Teyssier

Dans un village français sous l'Occupation, un jeune prêtre séduisant, Léon Morin, reprend la paroisse suite au décès de son prédécesseur, pour le plus grand bonheur des femmes. De toutes... sauf une. Barny, communiste et athée, résiste au catholicisme et à ce nouveau venu. Peu à peu, sa rencontre avec le prêtre va bouleverser ses convictions les plus profondes.

La confession

Nicolas Boukhrief, connu pour des films comme Le convoyeur, Gardiens de l'ordre ou encore Made in France, se lance dans le drame intimiste et romantique, en adaptant librement le roman de Béatrix Beck, Léon Morin, prêtre. Plutôt habitué au cinéma d'action et à l'ultra-violence, sa plongée au cœur d'une histoire d'amour impossible paraissait plutôt intéressante, voire intrigante, de prime abord. Malheureusement, son film souffre d'une trop grande lenteur et de personnages secondaires assez insipides, avec des motivations personnelles assez floues (tour à tour pour ou contre les Allemands). Son idée de départ, la "vieille" Barny qui souhaite se confesser avant de mourir et qui devient la narratrice, est assez mal mise en scène et n'apporte rien à l'histoire. Il restera la prestation tout en nuances du couple Romain Duris/Marine Vacth, faite de renoncement et de frustration. Ils s'aiment sans se le dire, chacun tiraillé par ses choix, l'abstinence pour le prêtre, le mariage pour la jeune femme. On notera malgré tout un final déchirant, le réalisateur nous offrant une étincelle de diamant brut de ce qu'aurait pu être son film. Dommage que cela arrive aussi tard.

La confession de Nicolas Boukhrief
Avec Romain Duris, Marine Vacth et Anne Le Ny
Note : 2/5

Voir les commentaires

2017-03-13T20:42:55+01:00

The Leftovers - Saison 2

Publié par Florine Teyssier

Un 14 octobre, en apparence comme les autres, 2 % de la population s'évaporent dans la nature, sans aucune explication, laissant leurs proches dans l'angoisse et l'incertitude. Ceux qui restent s'organisent pour avancer malgré tout, malgré la présence grandissante d'un groupuscule sectaire, les Guilty Remnant, qui refuse d'oublier. Quatre ans après les tragiques événements, un groupe de "rescapés" s'installe dans une ville "miracle", étrangement préservée par les mystérieuses disparitions. 

The Leftovers - Saison 2

Après une première saison énigmatique et envoûtante, la série co-créée par Damon Lindelof (déjà connu pour ses scénarios alambiqués de Lost) revient en force, faisant presque table rase de la saison passée. La série réinvente ses propres codes pour nous emmener encore plus loin, avec des personnages (nouveaux ou anciens) torturés à souhait. Que ce soit le héros, ancien flic qui vit en permanence avec un fantôme à ses côtés et sombre un peu plus chaque jour dans la folie, ou la nouvelle famille confrontée au premier cas de disparition de la ville "miracle". Sorte de Lourdes
moderne, la ville elle-même est un personnage à part entière. Des milliers de personnes affluent sans cesse et pouvoir y vivre relève du parcours du combattant. Chaque personnage important de la saison précédente refait surface, encore plus barré qu'avant et c'est ce qui fait la force de la série. On l'avait déjà compris dans la première saison, le mystère sur les disparus ne sera probablement jamais résolu, mais peu importe, la manière dont les autres doivent y faire face est bien plus passionnante. L'épisode final, avec un cliffhanger assez surprenant, laisse entrevoir la suprématie des Guilty Remnant, secte abominable dans laquelle ses membres sont vêtus de blanc, ne parlent pas et fument beaucoup de cigarettes, emmenée par une Meg machiavélique à souhait,
malgré un visage d'ange (Liv Tyler est parfaite dans le rôle). Rendez-vous en avril prochain pour la saison 3, on a hâte !

The Leftovers de Tom Perrotta et Damon Lindelof
Avec Justin Theroux, Amy Brenneman,
Christopher Eccleston et Liv Tyler
Note : 4/5

Voir les commentaires

2017-03-12T22:50:42+01:00

Miss Sloane

Publié par Florine Teyssier

Elizabeth Sloane est une lobbyiste sans scrupules, qui œuvre dans les coulisses de Washington, utilisant des méthodes plus que douteuses pour parvenir à ses fins. Elle se lance dans une bataille sans merci pour faire passer une loi anti-armes, sans en imaginer les répercussions, tant personnelles que professionnelles. Cette femme calculatrice et glaciale aurait-elle enfin trouvé un adversaire à sa taille ?

Miss Sloane

Miss Sloane dépeint avec une certaine justesse les coulisses du pouvoir et le succès du film repose essentiellement sur la prestation de Jessica Chastain, qui nous hypnotise à chaque plan. Impitoyable, manipulatrice, machiavélique... rien ne l'arrêtera. Sa
devise, avoir toujours un coup d'avance sur son adversaire, pour pouvoir toujours abattre une dernière carte. Un rôle en or pour l'actrice, qui nous démontre une fois de plus l'étendue de son
talent. Après des débuts laborieux et un peu alambiqués - on peine un peu à comprendre les enjeux de chaque personnage - le film finit par nous attraper dans ses filets, grâce à scénario bien ficelé et efficace, jusqu'au final un brin attendu mais jubilatoire. La carapace de Miss Sloane finit par se fissurer et le personnage nous offre (enfin) une once d'humanité.

Miss Sloane de John Madden
Avec Jessica Chastain, Mark Stone, Sam Waterston et John Lithgow
Note : 3/5

Voir les commentaires

2017-03-11T19:11:47+01:00

Les figures de l'ombre

Publié par Florine Teyssier

Dans l'Amérique ségrégationniste des années 60, et en pleine
conquête spatiale, trois scientifiques afro-américaines vont
contribuer de manière significative à la première mise en orbite de John Glenn. Elles vont devoir affirmer leur valeur à la NASA, dans un monde exclusivement masculin et blanc. 

Les figures de l'ombre

Trois femmes exceptionnelles. Des destins hors du commun. Les figures de l'ombre met en lumière ces trois personnages réels
méconnus, qui ont contribué autant à l'émancipation des femmes qu'à la lutte contre le ségrégationnisme. Les trois héroïnes évoluent dans un monde misogyne et doivent s'adapter pour tenter de se faire une place. Elles prouveront rapidement qu'elles sont bien plus brillantes que tous les hommes réunis. On retrouve Katherine, génie des mathématiques, en charge de calculer la trajectoire de John Glenn dans l'espace et comment le ramener entier sur Terre. Dorothy, douée en mécanique, réussit à programmer le premier ordinateur IBM, qui calcule plus vite que l'homme. Et enfin, Mary va se battre pour devenir la première femme ingénieur et la première femme noire à intégrer un prestigieux lycée pour "Blancs". Et contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce qui leur pose plus de difficulté n'est pas tant qu'elles soient noires, mais qu'elles soient des femmes. Et, à cette époque, les femmes restent... au foyer. Un film comme seuls les Américains savent le faire, un bon biopic avec des personnages suffisamment attachants pour nous embarquer, malgré quelques longueurs en milieu de parcours. Hollywood, formidable machine à rêves, prouve une fois encore avec ce film, qu'en Amérique, rien n'est impossible : il suffit d'y croire suffisamment pour y parvenir.

Les figures de l'ombre
Avec Taraji P. Henson, Octavia Spencer, Jannelle Monàe, Kevin Costner, Kirsten Dunst et Mahershala Ali
Note : 3,5/5

Voir les commentaires

2017-03-07T20:49:34+01:00

20th Century Women

Publié par Florine Teyssier

Santa Barbara, 1979. Dorothea, la cinquantaine, élève seule son fils adolescent Jamie. Elle demande à deux autres jeunes femmes, Abbie artiste punk et Julie jeune fille insoumise, de l'aider à faire de son fils un homme convenable.

20th Century Women

20th Century Women est de ses films qui prennent le temps de s'installer, de présenter sa galerie de personnages hauts en couleur, avec un brin de nostalgie d'une époque révolue. Au centre d'entre eux, Dorothea, 55 ans, qui semble traverser les époques et s'adapter à tout (ou presque). Femme libre, indépendante, elle
exerce un métier d'homme (pour l'époque) et fume comme un pompier. Elle semble malgré tout inquiète pour l'avenir de son fils,
jeune adolescent sans histoire. Pour rompre la solitude, elle sous-loue les chambres de sa maison à Abbie, photographe trentenaire, et William, bricoleur qui l'aide à retaper sa maison. Il y règne un esprit communautaire et apaisant. Abbie et Julie, leur voisine, vont éveiller Jamie à la vie, lui offrant d'autres perspectives, bien plus "féministes". Si la démarche de Dorothea paraît maladroite et étrange, elle marque l'amour fou qu'elle porte à son fils et sa difficulté à rester dans le coup, dans un monde où tout est en train de changer. Le film marque essentiellement l'émancipation de la femme, mais également comment les hommes doivent s'adapter à cette "nouvelle" femme, bien moins soumise qu'auparavant.
Annette Benning campe avec classe et élégance Dorothea, femme forte qui avoue ses faiblesses. Autour d'elle, Greta Gerwig, qui n'a jamais été aussi émouvante, et Elle Fanning, envoûtante et captant souvent toute la lumière. Trois actrices fabuleuses, pour incarner trois âges de la femme : l'adolescente, la femme et la mère. Quant aux hommes, que ce soit le jeune Lucas Jade Zumann ou le plus confirmé Billy Crudup, ils sont toujours très justes et parfois perdus dans cette gynécée. Le film monte en puissance jusqu'à un épilogue bouleversant, au moment où l'on comprend finalement les motivations de l'héroïne, qui nous prouve, s'il en était encore besoin, que le bonheur est fait de peu de choses et qu'il suffit de le cueillir. Pour être heureux, soyez ce que vous voulez être et pas ce que les autres attendent de vous.

20th Century Women de Mike Mills
Avec Annette Benning, Greta Gerwig, Elle Fanning, Lucas Jade Zumann et Billy Crudup
Note : 3,5/5

Voir les commentaires

2017-03-01T18:13:45+01:00

Chez nous

Publié par Florine Teyssier

Nord de la France. Pauline, infirmière à domicile, élève seule ses deux enfants tout en s'occupant de son père malade. Des dirigeants d'un parti d'extrême droite voient en cette femme dévouée et appréciée des habitants un formidable porte-parole. Ils lui proposent de devenir candidate aux élections municipales.

Chez nous

Toute ressemblance avec une personne ayant existé serait non fortuite... Lucas Belvaux, cinéaste chabrolien, social et engagé, dépeint avec justesse l'endoctrinement subi par l'héroïne, au départ du film apolitique, qui va peu à peu se laisser convaincre par les idées extrémistes du parti qu'elle accepte de représenter. Le point de vue d'un réalisateur belge sur ce sujet est en soi intéressant, même si dans la première moitié du film, il ne se positionne pas réellement. Jusqu'au point de rupture, une scène entre Pauline et son amie d'origine yougoslave, dans laquelle elle comprend à quel point elle est instrumentalisée par le parti. C'est à ce moment précis qu'il pointe le danger que représente ce genre de parti, qui n'hésite pas à surfer sur la montée de la haine raciale liée aux récents actes de terrorisme perpétrés en Europe. Petit bémol, la partie plus romanesque, avec l'amourette impossible entre Pauline et un ancien membre de la milice du parti, limite néo-nazi. Chez nous est un film nécessaire en cette période électorale, qui permettra, on l'espère, d'ouvrir les yeux sur la montée de l'extrême droite en France.

Chez nous de Lucas Delvaux
Avec Émilie Dequenne, André Dussolier, Guillaume Gouix, Catherine Jacob et Anne Marvin
Note : 3,5/5

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog