Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2017-02-17T17:16:10+01:00

Silence

Publié par Florine Teyssier

Japon, XVIIe siècle. Le père Ferreira, parti pour répandre la religion chrétienne auprès du peuple japonais, est porté disparu et suspecté d'apostat. Ses deux jeunes disciples, le père Rodrigues et le père Garupe refusent d'y croire et décident de partir à sa recherche. Ils sont loin de suspecter les dangers qui les attendent, de la persécution à laquelle ils seront confrontés, allant jusqu'à remettre en question leur propre foi.

Silence

2h41 sur la crise de foi, sur le papier, cela faisait un peu peur... Sauf que derrière la caméra, il y a Martin Scorsese. Personne d'autre que lui ne pouvait en faire une œuvre puissante, magistrale, assurément le premier grand film de l'année 2017. Les deux jeunes prêtres, interprétés par Andrew Garfield et Adam Driver, se lancent dans une quête insensée, celle de leur mentor, le père Ferreira (Liam Neeson), sans savoir s'il est vivant ou mort, s'il a renié sa religion ou non. Sur place, ils seront vite confrontés à la cruauté nippone, déclarant le christianisme illégal, persécutant et torturant les chrétiens, les contraignant à abjurer leur Dieu. Et l'on va suivre le chemin de croix intérieur du personnage d'Andrew Garfield, tiraillé entre son empathie naturelle et sa conviction religieuse, jusqu'à son basculement proche de la folie. On peut saluer le travail de l'acteur, pour une fois supportable, lui qui d'habitude à un charisme proche d'un bulot sans mayonnaise. On lui préférera malgré tout la (trop) courte prestation d'Adam Driver, fidèle à lui-même, d'une expressivité folle sans prononcer le moindre mot.

Scoresese porte enfin à l'écran un projet qu'il nourrissait depuis une vingtaine d'années, manquant de budget pour réaliser son film. Les personnages devaient, à l'origine, être interprétés par Daniel Day-Lewis, Gael Garcia Bernal et Benicio del Toro, mais la longueur du projet les a contraints à se désister. Le cinéaste, touché par une grâce que certains réalisateurs n'atteindront jamais, offre une œuvre abrupte, somptueuse, tout en soulevant de nombreuses questions qui resteront sans réponse. Les missionnaires chrétiens ont tenté de convertir le peuple japonais, majoritairement bouddhiste. Leur religion était-elle meilleure ? Les dirigeants japonais, à travers le grand Inquisiteur Inoue, refusent violemment la religion chrétienne et infligent les pires supplices à ceux qui refusent l'apostat. Leur objectif est de prendre le mal à racine en s'attaquant aux prêtres. Qui a tort ? Qui a raison ? Personne. Et pourquoi ne pas vivre ensemble, avec nos différences ? Thème cruellement d'actualité...

Scorsese met parfaitement en scène, à la manière des grands cinéastes japonais, la folie du père Rodrigues, qui finit par se prendre pour le Christ, et ce fameux "silence". Le silence de Dieu dans cette abomination. Les prières du prêtre jésuite qui restent sans réponse. Comment peut-Il permettre une telle barbarie ? Et tout le questionnement que va impliquer ce silence pour le jeune héros. Dans le dernier tiers du film, il va finalement retrouver le père Ferreira et tenter de comprendre son histoire. Cette dernière partie, peut-être encore plus fascinante que le reste, nous confronte au mensonge, au reniement et à la manière de le surmonter, jusqu'à un final bouleversant. Que l'on soit croyant ou non, une chose est sûre, la foi dépasse l'entendement.

Silence de Martin Scorsese
Avec Andrew Garfield, Adam Driver, Ciaràn Hind, Yôsuke Kubozoka et Liam Neeson
Note : 5/5

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog